Stacks Image 517

Ci-contre,
renseignements
au sujet des jurés,
des membres asso,
des dégustations.
Et d'une ficelle
facultative,
outil privilégié
de plusieurs

des meilleurs.
.........
Adhésion
à l'association

.........>>>



.......>>>
Jury
Membres
"permanents"
et
"occasionnels"

.......>>>





.......

Quelques
généralités.

.......>>>










......

Question
de papilles.
Mais aussi
de coup d'œil.
La ficelle ?
Pas toujours !

.......>>>













Pas de
concours,
mais une
véritable
épreuve !

.......>>>






Témoins
admis

...... >>>



.......>>>
À l'aveugle...
si plausible



...........> >>>>>
Qui donc,
début 2014,
participe plus
ou moins
activement
au Conseil ?
...............>>>>>



Siège social : Ceproc
19, rue Goubet
75019 Paris

Association loi 1901

Membres asso, conseil d'administration,
jury "souverain", dégustation


Membres actuels de l'association

L'association
5 A regroupe essentiellement des critiques et chroniqueurs gastronomiques, des auteurs d'ouvrages touchant à la gastronomie et aux produits, des professionnels des métiers de bouche et de la table. Les artisans charcutiers et élaborateurs industriels lauréats s'acquittant d'une cotisation peuvent, facultativement, en faire partie — cela ne garantissant pas le renouvellement de leur diplôme, qui dépend d'une dégustation.

Début 2014, les adhérents étaient au nombre d'une vingtaine.
Plus de précisions.

Jury. Les membres du conseil d'administration de l'AAAAA et du bureau sont membres du jury, s'ils ne sont pas partie prenante (candidature) et s'il n'y a pas incompatibilité en raison de liens commerciaux. Ils peuvent convier aux dégustations des membres actifs de l'association, des journalistes et chroniqueurs gastronomiques, des professionnels des métiers de bouche, et leur donner droit de vote.

Sont "membres permanents" du jury participant à (presque) toutes les réunions : Monique Pivot, Jacqueline Ury, Jacques-Louis Delpal, Vincent Ferniot, Laurent Bromberger, François Roboth et, plus récemment, Jean-Michel Dehais, Jean-Sébastien Marionnet, ainsi que Michel Piot. Des journalistes et blogueurs et des professionnels des métiers de bouche peuvent faire partie du jury occasionnellement, avec l'accord du Bureau, et y être intégrés durablement, sur décision de trois membres du Conseil d'administration au moins, s'ils manifestent concrètement leur intérêt pour l'andouillette.

Pas davantage que ceux du Goncourt ou du Festival de Cannes, les jurés n'ont à justifier de la sélection des produits goûtés, ni de leur décision finale. Une non-obtention ne fait pas l'objet de communication publique de la part de l'association.

La décision du jury est avant tout fondée sur le goût, la saveur, mais aussi sur la structure, l'originalité de l'assaisonnement, l'absence de défauts (sous-cuisson chez l'élaborateur, excès de sel, etc.)


Il est attentivement tenu compte du Code des usages de la charcuterie, du respect de traditions supposées d'origine lointaine (l'histoire mal documentée de l'andouillette et celle de l'andouille sont nourries d'anecdotes peu vérifiables,souvent stupides, les références lointaines manquent : il faut donc nuancer la notion si revendiquée commercialement d'authentique).

Les jurés, qui examinent le produit coupé en deux dans le sens de la longueur, tiennent aussi compte de la structure, du soin avec lequel l'andouillette est "dressée main"
(assez souvent "tirée à la ficelle", mais l'adoption de cette méthode perpétuée par d'excellents artisans n'est aucunement réclamée aux candidats, pas davantage qu'ils n'ont obligation de se référer au genre pas forcément significatif dit "andouillette de Troyes"). L'apparence visuelle, sans être primordiale, en dit beaucoup sur la qualité des matière première, sur l'expertise et l'attention de l'élaborateur.

Quelle que soit l'apparence et la méthode d'embossage,

les jurés n'attribuent le diplôme

qu'à des produits qu'ils jugent

de qualité supérieure gustativement.

Qu'une andouillette (ou une andouille,
quand il y aura compétition pour ce produit)
soit jugée simplement "correcte"
ne justifie pas son obtention.

"Mention très bon" ou "excellent" nécessaire !

Pas un concours

Le diplôme n'est pas objet de concours : les jurés sont libres de préciser à titre personnel quels sont les produits qu'ils estiment les meilleurs, mais il n'y a pas classement des candidats.

Le nombre de produits dégustés lors d'une réunion classique varie de deux à six. Ils peuvent être tous élus, comme il se peut qu'aucun ne le soit.

Des membres non-jurés de l'association ont généralement la possibilité d'assister aux dégustations, en observateurs. Ils peuvent communiquer leurs impressions après le vote.
Il s'agit le plus souvent de charcutiers et bouchers professionnels, ou de journalistes curieux sans être particulièrement compétents.

La dégustation a, de préférence, lieu à l'aveugle, conformément aux statuts.

Des exceptions sont cependant admises
lors de réunions au cours desquelles sont présentés, souvent pour renouvellement du diplôme, des produits bien connus, parfois de longue date, de plusieurs jurés (l'identification étant en principe très facile pour ces amateurs éclairés, l'anonymat relèverait de la fiction !).


Les candidats membres de l'association peuvent apporter eux-mêmes leur produit et être présents, à l'écart et sans intervenir, pendant tout le déroulement de la dégustation. Cela en raison d'une tolérance ancienne, depuis quelques années contestée sans insistance par une minorité de jurés, au risque d'une déception "en direct".

Conseil d'administration


Le conseil d'administration et le bureau actuels ont été reconduits pour une période d'un an à dix-huit mois lors de l'assemblée générale du 24 janvier 2013.(La prochaine assemblée générale se tiendra courant mars 2014.)

Membres du Conseil :

Le directeur ou la directrice du CEPROC, qui accueille le siège de l'association, si souhaité par l'intéressé(e) et si communication à ce sujet ;

Jacques-Louis Delpal, auteur, photographe, président, "pilote" de ce site web ;

Vincent Ferniot, auteur, chroniqueur TV (FR3), animateur de débats, vice-président ;

Joël Mauvigney, Meilleur ouvrier de France,
président national des charcutiers-traiteurs (CNCT), président du CEPROC ;

Michel Piot, chroniqueur gastronome, président d'honneur de l'APCIG ;

Monique Pivot, journaliste, auteur, trésorière ;

François Roboth, auteur et animateur de débats, secrétaire général ;

Jacqueline Ury, journaliste, auteur, secrétaire et trésorière de l'APCIG.

Benoît Lemelle et Christophe Thierry sont membres "non jurés" du C. A. Le premier représente les industriels, le second les artisans. Leurs entreprises ont été honorées de renouvellements du diplôme.

Stacks Image 82