Popy + Amand.... Que d'andouillettes!

La surprise de l'été 2017
Le groupe Popy, développé et dirigé par Laurent Jolivet, s'est grossi de l'important ensemble Amand Bianic

Jolivet Laurent 8…dont Amand Terroir et Paul Danjou.

Le groupe Popy, déjà réputé pour la bonne distribution de son ample palette charcutière, a acquis le 6 juin 2017 le groupe Amand-Bianic.
Fort dorénavant de 9 marques (Popy, Bernaudeau, La Champenoise, Chedeville, Duval, Amand Terroir, Amand Traiteur, Rivalain et Paul Danjou), le nouvel ensemble propose une gamme très élargie, et devient leader sur le marché de l’andouillette.

Amand-Bianic, essentielement fixé dans l’ouest de la France, se révèle complémentaire des implantations situées plutôt à l’est de Popy : sa clientèle RHD, grossiste et GMS se greffe maintenant, profitablement, aux circuits de distribution du groupe dynamisé par Laurent Jolivet. Les marques et certifications de qualité du groupe normand-breton (Véritable andouilles de Vire et de Guéméné, Andouillettes 5A Amand et Paul Danjou, andouillette Royale de Rivalain, andouillettes Label Rouge (encore une nouveauté), terrines de la mer bio… certifications IFS) s'ajoutent au portefeuille déjà garni du groupe Rhônalpin depuis longtemps implanté dans l'Aube (Véritable andouillette de Troyes, andouillettes Champenoise et Duval titulaires régulièrement de l'AAAAA, andouillette de Troyes MOF, Véritable andouillette Lyonnaise, … certifications IFS).
 
Le groupe Popy, détenu et dirigé par Laurent Jolivet depuis sa reprise en 2000, s’est initialement spécialisé dans la proposition d’andouillettes (une niche où l’aventure parut moins risquée, pour un premier temps), puis s’est progressivement — et rapidement — élargi à la proposition de nombreuses charcuteries, à la satisfaction rapide des circuits professionnels (grossistes, cash & carry, restauration et hôtellerie). Son activité est maintenant répartie sur 4 sites (Saint-Quentin-Fallavier - 38 ; Montreuil Bellay - 49 ; Jully-sur-Sarce - 10 ; Courcouronnes - 91, où se trouve l'importante et assez récente implantation Chedeville), et emploie 180 personnes.
(Les frères Popy avaient créé leur entreprise en 1967, à Saint-Quentin Fallavier. L. Jolivet a acheté Bernaudeau en 2002, la Champenoise en 2005, Duval et Chedeville en 2007.)
 
Le groupe Amand-Bianic s'était constitué constitué en 2006 avec le rapprochement des actionnaires éponymes, jadis plus ou moins adversaires. D'une part Michel et Claude Biannic (on vit Claude à une rencontre de la 5A), de l'autre Gilles et Didier Amand (Gilles représenta l'entreprise lors des dégustations d'andouillettes). Ce groupe est spécialisé dans les produits du terroir (charcuteries, andouilles, andouillettes…) et les produits traiteur de la mer (terrines, salades et poissons farcis).Son activité du groupe, qui emploie 188 personnes, est répartie sur 3 sites (Vire ; Morlaix  ; Beignon).
 
Dans le cadre du regroupement, Laurent Jolivet a été conseillé par CM-CIC conseil et Granrut Avocats. Les cédants étaient accompagnés par Adviso Partners, Fidal bureau de Saint-Lô et KPMG. Le financement de cette acquisition est réalisé par Bpifrance, CIC Ouest, Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne et Arkéa Banque.

Mise au clair avant l'AG 2017

Les diplômes AAAAA honorant le haut de gamme andouillette d'Amand Terroir et la production assez différente signée Paul Danjou (des "Vire") étaient traditionnellement libellés au nom de Gilles Amand, qui avait proposé les produits virois à dégustation à l'aube de ce millénaire et représentait les entreprises du groupe lors des réunions et dégustations (deux diplômes, à plusieurs reprises renouvelés).
Le bureau de la 5A doit décider quant à la réattribution des diplômes nominatifs. Et fixer quelques règles pour éviter les confusions, règles d'ailleurs également valables pour les artisans dont la production peut comporter… des variantes (ils sont actuellment moins "contrôlés" que les industriels entre les dégustations officielles).

Une rencontre "industriels" - jurés et principaux responsables 5A aura lieu à la rentrée, presque certainement le lundi 11 septembre — cela en prologue à l'assemblée générale de l'association AAAAA, tenue fin septembre ou, plus probablement, début octobre).
Elle devra réunir le ou les responsables du groupe Popy et de la maison Lemelle, dont le diplôme 5A doit être renouvelé, une fois de plus, avant la fin de l'année (cette entreprise perpétuant le souvenir du père fondateur, Gilbert Lemelle, est la plus ancienne diplômée dans le secteur dit "industriel", mais dont peuvent, ou pourraient, tout aussi bien relever de très gros artisans, en principe du domaine de la FICT).
Le monde change : mieux vaut comprendre, situer et tenter d'établir le nuancier 2017 de l'"authentique", qualificatif auquel l'association est attaché mais que ses responsables savent de sens fluctuant. En précisant le discours sur l'artisanat charcutier, sur le "façonné à la main" (curieuse expression), le dressé main, le tiré à la ficelle, les expressions voulant tout ou pas trop dire, en faisant tant que faire se peut la part entre le petit charcutier, le charcutier aux multiples points et moyens de vendre et l'industriel fournissant en grandes quantités la grande distribution et les grossistes importants.
EN VUE DE L'AG… Le travail de clarification entrepris permettra d'officialiser les mises au point lors de l'assemblée générale 2017, qui se déroulera plausiblement à Paris entre le 25 septembre et le 20 octobre.